• fr
  • en
Construisons ensemble le
futur de nos Tourismes
7 & 8 Septembre 2017
Château de Vixouze, Cantal, Auvergne Rhône-Alpes
2ème
édition

Actus innovations

Visions

2050: Scenario for « Entretiens de Vixouze »

 

Our Polarized Future

 

The year is 2050 and in the year 2017, we could already see the trends pointing to a polarized society. And now we are here; there is a marked difference between the lives of the Haves and the Have-Nots, as marked as the difference between virtual and authentic experiences.

 

The Have-Nots will eat extremely manufactured food; their food will come from neighborhood replicators loaded with only the simplest of molecules or possibly ground up insects---found to be a good, inexpensive source of protein. Most of their food will taste the same. Not able to afford travel, they will tour virtually by going to a local VR Parlor and dialing in the experiences they want. Though the activities will be very realistic, they may be as close as a few miles from their homes.

 

For the Haves, life is very different from their less fortunate counterparts, including a steady stream of experiences to excite the senses. A couple living in London may decide they feel like having breakfast in Brussels the next morning. They will climb into their transport, punch in their destination and work or talk or play games along the way. During the trip, if they are hungry, they may use their personal 3D food printer to have whatever snack or meal they prefer, then go to sleep arriving refreshed in Brussels the next morning, having slept soundly, while their pod traveled on its own to their chosen spot. As they near the city, they will use local apps on their personal wrist devices to find the best restaurant, then use the app to pre-order their chosen meal. They may have eggs that taste like steak or steak with the consistency of chocolate mousse. The food will be engineered to their preferences and tastes with just the right amount of salt and spice, communicated automatically from the app, when the order is placed. The personal profile in the app will also adjust the order to the perfect nutraceutical content for each person, so that the food will not only taste good, but be healthy, too.

 

 

Joyce Gioia, President/CEO, The Herman Group

 

 

 

 

 

Today thermalism is dealing with important changes. The offer is more than ever turned towards well-being, beauty and physical form, together with the need for relaxing and anti-stress activities. But in the meantime an increasing segment of market askes for therapeutic treatments, mainly to cure ailments and chronic diseases linked to the growing rate of aging of the population. This demand for care goes hand in hand with that of complementary treatments that increase its effectiveness, such as massages, gymnastics and physiotherapy. But the real challenge is that spa rehabilitation. It represents a new way to regain the psychophysical balance after a disease or a surgery without hospitalization and, if possible, in a pleasant place and in contact with nature, for example inside a natural protected area.

 

Sonia Ferrari, Professor, University of Calabria, Italy

 

 

 

En 2050, l’intelligence artificielle et les robots n’ont pas encore tout à fait dépossédé l’Homme du travail, mais ils le déchargent de toutes les tâches pénibles et ingrates. Ainsi, il peut se concentrer uniquement sur celles à très forte valeur ajoutée. La puissance et la maîtrise du « SmartData » permettent de devancer les attentes et les besoins – encore à l’état latent – des consommateurs. Le tourisme de masse a laissé la place à un tourisme d’espace, réservé aux plus riches, mais plus viable sur le plan social, sociétal et environnemental, tout en restant très rentable économiquement. Malgré plus de 3 milliards de voyageurs annuel, les progrès en matière de mobilité et de gestion des flux ont abouti à créer un monde sans friction pour une expérience de vie globale plus fluide, optimisée et ultra personnalisée.

 

Armelle Solelhac, Présidente de SWiTCH

 

 

Géraldine Leduc, Directrice générale, ANETT

Rebecca Meyer, Directrice relations institutionnelles, VVF

 

Nous voici en 2050 :

Pouvons-nous encore prendre des vacances en famille, That is the question ?  L’unité familiale est aujourd’hui ubérisée ! Quelles expériences vais-je pouvoir vivre ?

Comment mieux profiter en 2050 alors que s’est installée une course au temps libre. Le droit à la déconnexion est désormais régulé. Le droit à la décontraction est contraint par les plateformes collaboratives qui surveillent toute la famille !

Bref que signifie « partir en vacances en 2050» ?

Comment décrire les familles d’aujourd’hui : Un modèle explosif ou un modèle rassurant ? Pouvons-nous d’ailleurs parler de familles ou de Tribus nomades ?

Toucher l’impossible, appréhender l’improbable et construire le probable, voici les expériences que nous vous proposerons de vivre au travers d’une discussion interactive entre le public et deux personnes propulsées des années 2050.

C’est à l’occasion d’un voyage professionnel que l’histoire d’Uber a débuté : par une soirée enneigée de mars 2008, alors qu’ils rencontraient des difficultés à héler un taxi à Paris, les cofondateurs de l’application, Travis Kalanick et Garrett Camp, ont imaginé pouvoir commander une course en appuyant sur un bouton.

A partir de ce questionnement simple, Uber s’est engagé dans une véritable transformation de la mobilité urbaine, quotidienne ou touristique, au service des citoyens et des villes. Gagner du temps, éviter la congestion, démocratiser l’accès aux transports, diminuer la pollution : ce sont autant d’objectifs que nous poursuivons au gré de l’évolution de notre technologie.

Nos investissements dans la voiture autonome et dans le véhicule volant s’inscrivent dans cette ambition d’une mobilité plus simple, plus fiable et plus durable : imaginez pouvoir traverser une grande métropole en quelques minutes !

 

Alexandre Droulers, General Manager, New Mobility Projects, Western Europe & Uber France

 

 

Le smartphone redéfinit notre rapport à l’information: on parle déjà de stratégie digitale mobile only. 

 

Dans 30 ans le mobile n’existera certainement plus. En revanche on peut dès aujourd’hui imaginer comment va évoluer notre rapport au digital.

 

- Imaginer un internet sans navigateurs ? Les navigateurs web, non natifs du mobile, n’auront plus de raison d’être puisque des applications mobiles nous assisteront dans nos vies quotidienne et notamment la consommation.

 

- Avec l’avènement de l’intelligence artificielle, il suffira d’exprimer un besoin en langage naturel et l’IA capter nos besoins via les applications de vie que nous utilisons pour nous suggérer l’option de consommation la plus adaptée ! 

En créant un univers applicatif connecté assemblant des données sur l’ensemble de nos vies combiné à l’intelligence artificielle pour interpréter nos besoins et offrir la meilleure solution

 

Benjamin Devisme, Fondateur de l’Hôtel 2.0

 

 

Skier sans flocon toute l'année ?

 

La raréfaction progressive des chutes de neige « naturelle », particulièrement en moyenne montagne, et l'accroissement attendu de la fréquence d'occurrence de débuts d'hiver sans neige dû aux conditions météorologiques conduit les opérateurs de domaines skiables à investir massivement dans des équipements de neige de culture.

Des technologies émergentes se proposent de produire de la neige à température ambiante positive, et de l'étaler ensuite sur le sol.

https://www.wyss-snowsystem.com/en/outdoor/outdoor-snowmaking-systems/

Dès lors, et hors de toute considération énergétique et environnementale, pourquoi ne s'attacher à produire de la neige exclusivement, pendant la saison où elle s’observe, de nos jours dans des conditions naturellement attendues ?

Les recherches effectuées en science physique de la neige seront peut-être à l'avenir, aiguillonnées par des enjeux de durabilité et de résilience météorologique d'un manteau neigeux estival, d'un half-pipe urbain ou d’une piste de luge en bord de mer ... A moins qu'il ne soit finalement plus simple de glisser sans neige ... !

 

Samuel Morin, Chercheur, Météo-France - Directeur du centre d'études de la neige, CNRS

 

 

Les frontières sont verrouillées, la France, sortie de l’Europe s’est repliée sur elle-même, ne crée plus de valeur, tourne le dos au monde. Les contraintes sont trop lourdes pour entrer, les touristes ne viennent plus.

La guerre civile n’en finit pas. Une théocratie catholique a mis la main sur l’état et ne veut pas le lâcher.

En attendant qu’une coalition internationale vienne tenter de restaurer un peu de démocratie, le bourgeois fuient en masse, clandestinement. Rackettés par des passeurs, ils traversent la méditerranée sur des radeaux de fortune.

Certains se noient, d’autres arrivent dans les nouveaux El Dorado.

On les parque dans des camps, on les rejette. Enroulés dans leurs couvertures offertes par la Croix-Rouge, Marie-Chantal et Pierre-Henri, coincés à la frontière syrienne se souviennent de leurs années flamboyantes, il y a quarante ans, ils ont découvert les joyaux de Palmyre et d’Alep où ils ont été accueillis avec fraternité. Ils se souviennent de leur vote anti-migratoire motivé par la détestation des étrangers, il y a trente ans.

Et maintenant … Ils méditent sur l’altérité et l’ouverture, espérant que leurs enfants pourront un jour aller et venir librement partout dans le monde.

 

 

Yves Exbrayat

Directeur de l'Office de Tourisme de Grenoble- Alpes Métropole

 

 

 

Le Touriste ultra connecté, chef d’orchestre des stratégies de communication nationale ?

 

Il serait présomptueux de notre part, Office du Tourisme, de croire que nous maitrisons la communication de nos destinations comme nous pouvions le faire il y a encore 5 ans.

Le partage d’expérience est devenu un élément primordial de la communication touristique.

Le touriste devient vecteur de promotion et porte en lui la faculté de devenir un « écran publicitaire et promotionnel »  inter actif et collaboratif :

- en amont puisqu’il est devenu producteur de son propre voyage

- pendant puisqu’il en est le « end user »

- en aval car il est devenu le meilleur ambassadeur de la marque

 

Il ne suffit plus de dire que nos destinations sont les plus belles ou les plus attractives. Nous devons amener nos visiteurs à le dire pour nous. Le voyage est devenu expérientiel et émotionnel.

Les poches de nos clients sont remplies de data et leurs valises d’objets connectés !

Nous sommes rentrés dans l’univers du voyageur 3.0

Mais cela implique aussi une capacité d’adaptation pour pouvoir rebondir au rythme effréné du digital. C’est, en partie, ce qui rend nos métiers stimulants. Il faut s’adapter et se réinventer constamment.

 

 

Jean Pierre Pinheiro,

Directeur Tourisme du Portugal en France

Président ADONET- Association des Offices de Tourisme Etrangers en France

Office du Tourisme du Portugal

 

 

Et si le plaisir devenait un élément de la prévention santé ?

 

Dans un contexte de vieillissement de la population mondiale, d’une flambée des pathologies chroniques, du stress, des couts des soins et un système de santé publique à bout de souffle qui ne pourra bientôt plus supporter le tout curatif, n’est-il pas temps de (ré)ouvrir les yeux sur la médecine  thermale ? Une médecine naturelle séculaire qui se réinvente, évaluée scientifiquement, capable d’améliorer durablement la qualité de vie à cout contenu. Au-delà des soins efficaces à base d’eau minérale naturelle, elle propose déjà une galaxie d’activités complémentaires capables de personnaliser les programmes et d’offrir une amélioration physique et psychologique adaptée. La recherche continue de concevoir et d’évaluer des formats nouveaux de prise en charge thermale.

L’incontournable prévention en santé pour tous, qui stoppera la crise du tout curatif, devra inventer un nouveau modèle fait de prise de conscience individuelle oscillant entre nécessité et plaisir.

 

 

Sylvain SERAFINI

Président France Thermes

 

 

 

 

Tourism experiences versus technological tools

 

Designing and distributing tourism information and encounters: Experience versus tools or tools enhancing and improving qualitative experiences?

 

Tourism is a human activity, people visiting places and local individuals hosting them in their best way. It is about the psychological and social experience of the encounter, opening our horizons, improving our culture and getting better persons. This is essence of the encounter. Ongoing developments in ICTs have a major impact, significant changes in the way tourism-related information is distributed and on tourist consumer behavior. The major impacts of the “digital revolution” on tourism have come through social media and mobile devices, changing the tourism landscape.

However, travelling is about curiosity, outwardness, and a search for authentic encounters with the other. The various devices and tools are a medium that enabled this, encouraged seeing as opposed to merely looking. Could these technological tools substitute the essence of living experience of travelling? Could these tools contribute to make the travel experience better, facilitate and enhance the encounter? Let us meet up at the Entretiens de Vixouze and attempt to share our vision and opinions.

 

Prof Marios Sotiriadis, University of South Africa

 

 

 

Le tourisme de masse est une arme de destruction massive.

 

Plus d'un milliard de touristes voyagent chaque année dans le monde. Notre milieu dans ses dimensions écologiques, culturelles, sociales et humaines, paie un lourd tribut à la « mise en valeur touristique ». Venise, Bali, le Pays Dogon, l'île de Pâques, Samarcande, sont des destinations tellement populaires qu'elles sont aujourd'hui menacées de destruction.. « L’effet UNESCO », lié à la labellisation au Patrimoine mondial, s’avère un accélérateur catastrophique pour la protection des sites, des cultures et des sociétés humaines.

 

Jean-Paul Loubes, Anthropologue

work, leisure, distance and fantasy

 

Tourism has always driven by our desire to transport ourselves to the opposite side of where we are now: From work to leisure, from boredom to excitement, from a place that feels familiar to one that feels distant. However, a new technological age is blowing up the foundational categories that supplied those desires.  New forms of transportation and communication redefine our understanding of what is near and what is far; automation and artificial intelligence will bring to an end the industrial era division of work and leisure; augmented and virtual reality will reshape our notions of reality and fantasy.

 

Tourism, as a result, will have to transport visitors to a truly new destinations based on emerging forms of desire.  How can tourism supply the mobile knowledge worker with a vacation, when their time off is in hours, not days? Will people yearn for the lost pleasures of work and a set schedule?  As physical distance becomes meaningless, will we begin to value experiences of the distant past or possible future more? And will tourism play the part of keeping the memory of our planet alive, as we lose biodiversity, coastlines and islands?

 

Amy Zalman, CEO and President of the World Future Society (USA)

 

 

 

Fiction: Ça pédale ferme pour la solidarité numérique

 

FuturoMag du tourisme juillet 2026

 

Aux Oscars du tourisme, Martin OcNeil a reçu le Prix de la solidarité énergétique avec son bus sportif. Chaque jour, Martin raconte ses voyages aux quatre coins du monde aux volontaires qui pédalent dans son bus : « Il est si passionnant qu’on oublie qu’on pédale », explique Logan, un des fidèles du bus. Si les pédalages permettent de faire avancer le bus, elles servent surtout à fournir de l’énergie à  des personnes dans le besoin. Chaque jour, le bus alimente environ une trentaine de personnes. « C’est double bénéfice pour nous. On fait du bien et on se fait du bien », dit Christel qui a adopté le bus comme sa salle de gym favorite.

 

Anne-Caroline Paucot, Écrvaine Prospective, le Propulseur

 

 

 

Mobilités : demain, l’ubiquité ?

 

Augmentation des vitesses de transport, démocratisation de la longue distance, instantanéité croissante des échanges grâce aux technologies numériques… Toutes ces évolutions récentes ont profondément transformé nos manières de nous déplacer dans l’espace et d’être ensemble, connectés ou IRL. Elles vont dans le sens d’usages de plus en plus réversibles de l’espace, d’un effacement progressif des contraintes de la distance, et rendent possible la (dé)multiplication des expériences de vie. Vitesse de déplacement et technologies numériques tendront à nous rendre ubiquistes. Pourtant, les êtres humains n’aspirent-ils pas à ralentir et à se recentrer sur le local, tendances davantage conciliables avec un futur sous fortes contraintes énergétiques ?

 

Stéphanie Vincent-Geslin, sociologue, associée fondatrice de Mobil’Homme

 

 

Today thermalism is dealing with important changes. The offer is more than ever turned towards well-being, beauty and physical form, together with the need for relaxing and anti-stress activities. But in the meantime an increasing segment of market askes for therapeutic treatments, mainly to cure ailments and chronic diseases linked to the growing rate of aging of the population. This demand for care goes hand in hand with that of complementary treatments that increase its effectiveness, such as massages, gymnastics and physiotherapy. But the real challenge is that spa rehabilitation. It represents a new way to regain the psychophysical balance after a disease or a surgery without hospitalization and, if possible, in a pleasant place and in contact with nature, for example inside a natural protected area.

 

Sonia Ferrari, Professor, University of Calabria, Italy

 

Vidéos

TRANSPOD HYPERLOOP

CLIP-AIR

CLIP-AIR

KOBOO- VÉLO CONNECTÉ

NAVYA TECH

TRIPTWIN

TRAFIC AÉRIEN

EHANG

https://www.youtube.com/watch?v=FTLoN2zthuw

ROBOT BAR